ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Phytothérapie

1624-8597
De la Recherche à la Pratique
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2001 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 13/2 - 2015  - pp.68-70  - doi:10.1007/s10298-015-0945-z
TITRE
Introduction : Le régime méditerranéen : aliments vedettes ou style alimentaire ?

RÉSUMÉ

Régime ou mode ?

Le régime méditerranéen porte mal son nom si le mot régime est compris dans son sens courant, celui de la restriction volontaire. Il le porte bien au sens réel du terme, celui de mode (au masculin), c'est-à-dire de « façon de » : on parle ainsi de régime fiscal, matrimonial, politique, etc. ; il s'oppose à « la » mode, éphémère par essence.

Un régime est donc un mode alimentaire, c'est-à-dire une façon de manger.

Sans difficulté on peut élargir le terme au sens de dieta , c'est-à-dire de genre de vie, terme par lequel le Pr Jean Trémolières définissait la diététique comme un art de vivre.

On voit bien que cela englobe la façon de manger, de vivre, de bouger, etc. et de se reposer. Si on l'applique à la « diète » méditerranéenne, ne devrait-on pas alors inclure dans son étude le rôle de la sieste ... et l'effet du soleil ?

Nous ne mangeons pas des nutriments

Plus sérieusement (?), le régime méditerranéen bouscule (et remet en place) les conceptions trop réductrices de la nutrition, celles focalisées sur les nutriments ou les phytoconstituants. Nous mangeons peu d'aliments tels quels mais des combinaisons, des recettes, des plats, des repas, etc. Ces repas (ou collations, voire grignotage) eux-mêmes s'inscrivent dans des styles alimentaires.

C'est ainsi que l'approche globale du mode de vie, du genre de vie est rejointe par l'analyse des styles alimentaires que beaucoup d'études épidémiologiques ont enfin adoptées, sous le vocable « patterns ». Le régime méditerranéen est vraiment un style alimentaire bien identifié.

Il est souvent mis en opposition ou en comparaison avec le style alimentaire occidental « Western Diet » ou avec les recommandations nutritionnelles américaines cliniques qualifiées de « Prudent Diet », en fait peu prudentes !

De nombreux travaux, dans un souci de standardisation, se sont efforcés de définir des critères, d'établir des scores, que l'on peut qualifier de scores d'adhésion. Ainsi que le rappelle la plupart des articles de ce dossier l'alimentation méditerranéenne est à géométrie variable selon les lieux et donc selon les disponibilités alimentaires. Mais ce style alimentaire a-t-il quand même des caractéristiques ?

Des aliments de base

L'alimentation méditerranéenne s'est surtout développée dans des pays pauvres initialement : l'alimentation méditerranéenne est donc frugale, mais l'abondance n'est pas exclue lors des fêtes.

Traditionnellement elle inclut des aliments peu ou pas transformés : les aliments sont « bruts », nature. Le blé est largement présent sous forme de pain azyme (sans levain), de galettes, de pain, mais aussi de semoule de blé dur ; on y trouve aussi de l'orge. Les légumineuses ont une place importante avec les lentilles, pois chiches, fèves et haricots plusieurs fois par semaine, ou quotidiennement avec l'houmous libanais. Noix et oléagineux (amandes) sont présents de façon régulière, mais variable dans le pourtour méditerranéen. Epices, aromates, herbes sont très abondants et très variés. Les produits animaux sont toujours présents mais selon les disponibilités et les interdits religieux : mouton, agneau, b œ uf, volaille, porc, œ ufs, poissons. Les produits laitiers, de vache, chèvre, brebis selon les régions, ont une place variable, modérée. Légumes et fruits sont omniprésents, variés, diversifiés frais ou non (dattes, figues, etc.). Le sucré est prisé en dessert. Le thé est largement utilisé, le vin selon les régions et les cultures. Enfin traditionnellement l'activité physique était importante.

L'huile d'olive en est l'aliment vedette, mais en réalité elle n'est pas exclusive et l'huile d'argan a sa place, et parfois d'autres huiles (huile de nigelle ... ) ; elle est vierge dans le meilleur des cas.

Il est frappant de voir à quel point nos habitudes alimentaires se sont éloignées de ce mode alimentaire, il est aussi désolant de constater que la transition alimentaire éloigne chaque jour un peu plus les populations et les plus jeunes de ce modèle.

Des bénéfices multiples

On a en effet parlé de modèle alimentaire méditerranéen pour qualifier ce régime. Mais ce n'est pas tant parce qu'il fait rêver de sieste et de soleil, pour nous Français, que parce que les études se succèdent, et se ressemblent, pour montrer son bénéfice en termes de santé. Le plus étonnant pour les scientifiques a été de reconnaître ses bienfaits dans des domaines aussi variés que la santé cardiovasculaire, l'hypertension, la mort subite, les cancers, le déclin cognitif lié à l'âge, l'ostéoporose, le gain de poids, le syndrome métabolique ou encore le diabète ou même le diabète gestationnel.

La donnée la plus exceptionnelle est que le régime méditerranéen est associé à une réduction de la morbidité mais aussi de la mortalité totale. Ce constat a été établi sur la base d'études épidémiologiques d'observation, (prospectives en particulier) et pour une partie des pathologies concernées, par des études d'intervention notamment l'étude de Lyon et plus récemment l'étude Predimed.

Des mécanismes variés

À quoi cela est-il dû ? Aux nombreux mécanismes et modes d'action en cause grâce à la multiplicité des facteurs nutritionnels candidats. Ainsi l'alimentation méditerranéenne réduit le stress oxydatif, l'inflammation bas-grade ; améliore la dysfonction endothéliale ; s'oppose au raccourcissement des télomères ; améliore l'insulino-résistance, le profil lipidique, l'hémostase.

Ceci est dû à la complexité des facteurs nutritionnels impliqués et intriqués. Grâce à une nutrition globale : les nombreux antioxydants vitaminiques mais surtout les polyphénols de l'huile d'olive (hydroxytyrosol ... ), des épices, du vin, du thé, de noix et des fruits et légumes ; les apports en acide alpha-linolénique provenant du pourpier, des escargots, des poules, des noix ; la composition de la fraction lipidique (oméga 9-6-3) de l'alimentation ; l'index glycémique bas des légumes secs, des fruits ; l'abondance des fibres et prébiotiques issus des végétaux ; la modération de l'apport protidique et glucidique ...

Loin d'incriminer ces effets à des nutriments ou à des aliments vedettes, l'huile d'olive en tête, il faut en attribuer le mérite à un style alimentaire dans son ensemble, faisant une large place aux aliments végétaux peu transformés.

Une sagesse universelle ?

Nous pouvons prendre exemple de la sagesse que nous enseigne le régime méditerranéen. Mais peut-il être généralisé ? A-t-il vocation à être universel ? Si l'on en croit les études ayant montré son intérêt jusqu'en Scandinavie et en Amérique du Nord ou même en Chine, on peut le croire. Il faut seulement l'adapter aux ressources locales et en garder l'esprit.

Le véritable enjeu est alors de savoir comment il est possible d'en faire la promotion face au rouleau compresseur de la facilité et de l'abondance.

Cuisine et goût sont peut-être de meilleures armes que la seule conviction des scientifiques.



AUTEUR(S)
Jean-Michel LECERF

BIBLIOGRAPHIE
archives-phyto.revuesonline.com/revues/60/10.1007/s10298-015-0945-z.html

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (97 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier