ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Phytothérapie

1624-8597
De la Recherche à la Pratique
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2001 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 13/2 - 2015  - pp.96-103  - doi:10.1007/s10298-015-0943-1
TITRE
Le régime méditerranéen peut-il ralentir le déclin cognitif lié à l’âge ?

TITLE
Can the Mediterranean diet slow down age-related cognitive decline?

RÉSUMÉ

L’objectif de cet article est d’analyser les données de la littérature montrant comment le régime méditerranéen permettrait de retarder le déclin cognitif lié à l’âge et la survenue d’une démence, en particulier d’une maladie d’Alzheimer. Les aliments fréquemment consommés dans le régime méditerranéen apportent de nombreux nutriments bénéfiques, voire indispensables, pour le fonctionnement cérébral : vitamines anti-oxydantes C et E, caroténoïdes, polyphénols, vitamines du groupe B, vitamines liposolubles D et K, acides gras oméga3, qui vont agir en synergie. Plusieurs revues de littérature et méta-analyses récentes ont montré qu’une plus grande adhésion à ce modèle alimentaire était associée à un moindre risque de déclin cognitif ou de maladie d’Alzheimer. Cependant son faible apport de viande et de produits laitiers doit être considéré avec prudence chez les personnes âgées à risque de dénutrition. L’essai contrôlé randomisé Predimed-Navarra a montré que l’impact du régime méditerranéen sur la cognition variait selon les caractéristiques des individus pour des gènes impliqués dans le risque de maladie d’Alzheimer, en particulier le gène de l’apolipoprotéine E. L’Unesco a défini la diète méditerranéenne comme un «ensemble de savoir-faire, connaissances, pratiques et traditions qui vont du paysage à la table ». Cet ensemble participe aussi vraisemblablement au maintien des fonctions cognitives.



ABSTRACT

The aim of this paper was to analyze published data showing how the Mediterranean diet could postpone age-related cognitive decline and the onset of dementia, in particular Alzheimer’s disease. Foods that are characteristic of the Mediterranean diet provide many beneficial or even essential nutrients for brain functioning: antioxidant vitamins C and E, carotenoids, polyphenols, B vitamins, fat soluble vitamins D and K, omega3 fatty acids, that may act in synergy. Several recent reviews of the literature and meta-analyses have shown that higher adherence to this dietary model was associated with a lower risk of cognitive decline or Alzheimer’s disease. However, its low content in meat and dairy products must be considered with caution in older persons who are at risk of under-nutrition. The randomized controlled trial Predimed-Navarra has shown that the impact of the Mediterranean diet on cognition varied according to the genetic characteristics of the individuals for genes involved in Alzheimer’s disease risk, in particular the Apoliprotein E gene. According to the Unesco, the Mediterranean diet “involves a set of skills, knowledge, rituals, symbols and traditions concerning crops, harvesting, fishing, animal husbandry, conservation, processing, cooking, and particularly the sharing and consumption of food”. All these features probably contribute to the maintenance of cognitive functioning.



AUTEUR(S)
P. BARBERGER-GATEAU, C. SAMIERI, C. FÉART

MOTS-CLÉS
Nutrition, Vieillissement, Cognition, Alzheimer, Régime méditerranéen

KEYWORDS
Nutrition, Ageing, Cognition, Alzheimer, Mediterranean diet

BIBLIOGRAPHIE
archives-phyto.revuesonline.com/revues/60/10.1007/s10298-015-0943-1.html

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (153 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier